Retour accueil

Accueil  > Agenda  > Paris 4e, 18H, Rassemblement en soutien aux prisonniers d’Action Directe

Rechercher
>
thème
> pays
> ville

Les autres dates :

3 avril 2008 - 3 avril 2008

Paris 4e, 18H, Rassemblement en soutien aux prisonniers d’Action Directe



ACTION DIRECTE : RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITE

Membre d’Action Directe, arrêté en 1987, Georges Cipriani a été condamné à perpétuité pour des actions armées revendiquées par son organisation. Incarcéré depuis 21 ans, il a terminé en février 2005 la peine de sûreté de 18 ans assortie à sa condamnation. Il est donc libérable depuis trois ans.

Georges Cipriani a déposé en novembre 2007 une nouvelle demande de libération conditionnelle. Son dossier répond à toutes les exigences d’une telle décision et devrait logiquement dans quelques mois lui permettre de gagner un statut de semi-liberté que ses camarades Nathalie Ménigon et Jean-Marc Rouillan ont déjà arraché à la justice.

Bien sûr, cet aménagement de peine, après plus de 20 ans de prison, ce n’est pas encore la liberté, mais c’est en principe la dernière étape avant la libération conditionnelle. En attendant, Nathalie et Jean-Marc doivent subir pendant au moins un an un régime de semi-détention, assorti de contraintes exceptionnelles.

Mais pour Georges Cipriani, c’était sans compter sur un nouvel acharnement judiciaire dû à la récente loi « sur la rétention de sûreté  ». Bien que censurée par le Conseil constitutionnel, cette loi a vraiment un effet rétroactif, puisqu’elle exige que les condamnés à perpétuité effectuent dorénavant un séjour de six semaines dans un «  service spécialisé chargé de l’observation des personnes détenues aux fins d’une évaluation pluridisciplinaire de dangerosité ». La Commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté doit enfin rendre un avis. Censée s’appliquer « à titre exceptionnel » - mais les prisonniers politiques d’Action Directe n’ont connu pendant toutes ces années que les sanctions d’une justice d’exception -, cette loi (dans laquelle n’est d’ailleurs nullement défini ce qu’est une « dangerosité particulière ») va ainsi compliquer et allonger encore la procédure pourtant très restrictive appliquée à Georges Cipriani.

Plus que jamais, il nous faut donc maintenir la pression : la mobilisation doit se poursuivre afin d’exiger la liberté pour Georges Cipriani et aussi pour Régis Schleicher ; pour exprimer notre soutien à Nathalie Ménigon et à Jean-Marc Rouillan jusqu’à leur libération complète.

Rassemblons-nous une fois encore

jeudi 3 avril 2008, de 18 h à 19 h

en face de la direction de l’Administration pénitentiaire, carrefour rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - métro L1-L11 Hôtel-de-Ville).

Collectif "Ne laissons pas faire !"

nlpf@samizdat.net - http://nlpf.samizdat.net


Liberation immediate des prisonniers d’Action directe.

Abonnez vous a la newsletter Nlpf ! http://listes.samizdat.net/sympa/su...

Pour etre tenu au courant des initiatives : http://nlpf.samizdat.net http://www.action-directe.net


No Pasaran 21ter rue Voltaire 75011 Paris - Tél. 06 11 29 02 15 - nopasaran@samizdat.net
Ce site est réalisé avec SPIP logiciel libre sous license GNU/GPL - Hébergé par Samizdat.net