Retour accueil

AccueilCommuniqués/Tracts > Gazés, traqués, matraqués, tabassés, blessés : une répression sans précédent à Montpellier contre les lycéens.

Rechercher
>
thème
> pays
> ville

Les autres articles :


Gazés, traqués, matraqués, tabassés, blessés : une répression sans précédent à Montpellier contre les lycéens.



Ce vendredi 15 avril, plusieurs lycées de Montpellier étaient bloqués afin de poursuivre le mouvement contre la Loi Travail. Alors que la veille, plusieurs milliers de lycéens mobilisés à l’appel de la Coordination Nationale Lycéenne étaient parvenus à repousser les CRS sur l’Esplanade, la vengeance des forces de l’ordre a été, ce vendredi, sans précédent dans la ville.

Pression policière et défilés lycéens.

Devant le lycée Clémenceau bloqué, plusieurs centaines de lycéens tentaient de maintenir leur barricade à travers le boulevard malgré des tirs nourris de gaz lacrymogènes. Au même moment, les lycées Jean Mermoz et Jules Guesde étaient partiellement bloqués, dans le calme. Un cortège est parti de ce second lycée aux alentours de 9h15, afin de massifier le rassemblement devant le lycée Clémenceau, qui se faisait de plus en plus harcelé par les agents de la Brigade Anti-Criminalité. Lorsque la jonction fut faite, les CRS ont subitement chargé les lycéens, couverts par des tirs de grenades lacrymogènes, poussant le cortège à partir en direction du centre-ville. Après avoir traversé le centre-ville et la place de la Comédie, dans la bonne humeur malgré la pression policière sur l’arrière du cortège, la foule de 600 lycéens à rejoint le rassemblement devant le lycée Jean Mermoz, ou plusieurs centaines de lycéens étaient présents.

Tabassages, flash-balls et traque policière.

Les lycéens de ces trois lycées, issus de classe populaires, ont eu à peine le temps de se saluer que des centaines de CRS ont immédiatement chargé la foule, sans sommation, avec, encore une fois, des grenades de désencerclement et des grenades lacrymogènes. Les agents de la Brigade Anti-Criminalité ont suivis, armés de matraques et de flashballs, et frappant au sol les retardataires. La foule lycéenne, réunie devant l’entrée du centre-commercial Polygone donnant sur le quartier Antigone, s’est retrouvée nez à nez avec un stand tenu par des militants du parti Lutte Ouvrière, qui distribuaient des tracts aux passants. C’est à ce moment là qu’une dizaine de policiers en civils déboulèrent des portes du centre-commercial et lancèrent des grenades sur tout le monde, lycéens, militants de Lutte Ouvrière et clients du centre-commercial, ce qui provoqua la fuite rapide des lycéens dans les rues adjacentes, en direction du quartier de la gare. Les agents de la BAC ont alors procédé à une véritable traque à travers la ville, tirant sur les lycéens à bout portant avec leurs flashball, et frappant systématiquement ceux qu’ils parvenaient à attraper. De nombreux lycéens, et quelques passants ont été blessés par les hommes armés, dont certains gravement.

Les lycéens montpelliérains se mobilisent depuis plus de deux semaines contre la Loi Travail et plus largement contre la misère sociale, de façon de plus en plus combative, autonome et massive. En usant d’une violence de plus en plus inouïe et aveugle, les forces de l’ordre cherchent à briser cette dynamique, en l’occurrence les solidarités et les convergences de classe qui se tissent de façon de plus en plus forte à l’occasion de ce mouvement lycéen.

SCALP – No Pasaran 34 www.scalp34.wordpress.com – scalp.mtp@live.fr

Voir les photos et le communiqué sur le site du SCALP - No Pasaran 34 : https://scalp34.wordpress.com/2016/04/15/gazes-traques-matraques-tabasses-blesses-une-repression-sans-precedent-a-montpellier-contre-les-lyceens/


MONTPELLIER : SCALP - No Pasaran 34
www.nopasaran34.venez.fr
scalp.mtp@live.fr


No Pasaran 21ter rue Voltaire 75011 Paris - Tél. 06 11 29 02 15 - nopasaran@samizdat.net
Ce site est réalisé avec SPIP logiciel libre sous license GNU/GPL - Hébergé par Samizdat.net